Logo Paroisse St François Xavier de Navarrenx

Présentation de la Paroisse Sauveterre à l'abbé Ludovic nouveau Curé
Présentation de la Paroisse © MCL

Présentation de la Paroisse Sauveterre à l'abbé Ludovic nouveau Curé

Installation de l'abbé Ludovic de Lander comme curé de St-Jacques-des-Gaves le 3 février 2019

Monseigneur, Messieurs les abbés, Mesdames et Messieurs les Elus, Père Ludovic, vous tous ici présents.

J’ai été chargé de dire un mot de présentation de la paroisse Saint-Jacques des Gaves et j’ai accepté avec plaisir ce service, tout en ayant conscience que Vous-même, Père, après plus d’un an comme administrateur, vous en connaissez plus que moi. Je vais donc placer mon discours sous l’angle de l’attente de nos communautés paroissiales et de notre territoire.

Tout d’abord merci à vous Monseigneur de nous envoyer un prêtre encore jeune et surtout plein de dynamisme. Il aura besoin de beaucoup d’énergie pour guider et animer l’évangélisation de ce secteur missionnaire qui était déjà organisé sous cette forme, il y a plus de mille ans, mais sans doute avec un plus grand nombre de prêtres pour en assurer le service. En effet, nous sommes ici dans l’ancien archidiaconé d’Aguarenx et Reveseg qui fut d’abord sous la dépendance du diocèse de Dax puis, à partir de 1070, fut rattaché au diocèse d’Oloron et à la vicomté de Béarn. Il y a donc ici un enracinement lointain et profond et sa population reste aujourd’hui marquée par l’agriculture avec  l’élevage et les industries agro-alimentaires mais aussi l’artisanat, le commerce, la construction, le tourisme et les services.

A vous, Père Ludovic, un grand merci d’abord pour votre engagement dans le sacerdoce ; grâce à vous et aux prêtres qui continuent à s’engager, l’annonce de Jésus-Christ et de la bonne nouvelle du Salut continue à nourrir nos communautés. A une époque d’approximation, de « fake news », de violence et de culture de mort, vous aurez la mission de nous ramener sans cesse à Celui qui est la Voie, la Vérité et la Vie, et, j’en suis sûr, vous saurez nous aider à être les serviteurs de la charité.

L’attente de nos communautés est grande, même si elle a parfois des difficultés à s’exprimer. Bien sûr, nous attendons de votre sacerdoce l’administration des sacrements et votre accompagnement dans les grands évènements de nos vies : naissances et baptêmes qui marquent de nouvelles entrées dans nos communautés ; bénédiction de ceux qui s’engagent dans un projet de vie par le mariage chrétien ; accompagnement de nos familles lors des fins de vie de leurs membres. Soyez remercié pour votre grande implication dans ces étapes, joyeuses ou douloureuses, de nos vies. Beaucoup de paroisses de France n’ont plus la chance de conserver ce dernier service.

Merci aussi de ne pas abandonner les jeunes dans leurs difficiles parcours de vie et de les aider à développer une qualité de discernement et une vraie joie dans leur quotidien.

Merci de visiter les malades, quand vous le pourrez, et de conserver une présence dans la maison de retraite.

Ici, la terre est basse et le labeur quotidien n’est pas toujours facile ; alors aidez-nous à lever les yeux vers le ciel et vers la transcendance de Dieu. Dans ce sens, je suis sûr que vous saurez nous nourrir de la culture chrétienne, de nous apprendre la méditation, dans la présence de Dieu et des saints et sous le regard de la « Boune May dou Boun Diu », médiatrice et Mère de l’Eglise.

Merci aussi de nous rappeler que l’Eglise est une communauté de Vivants et de morts, autour et à l’intérieur des églises. Ici, dans ce bâtiment même, n’oublions pas que plus de cent personnes sont enterrées qui représentent cette communauté des défunts qui reposent dans l’attente de la résurrection.

Merci aussi de développer notre esprit communautaire et, loin de la routine, de nous encourager à ouvrir nos groupes vers d’autres personnes et à nous mettre dans un esprit de service.

Vastes enjeux me direz-vous, mais pour cette tâche vous n’êtes pas seul ; vous saurez susciter des vocations qui viendront s’ajouter à une communauté vieillissante, certes, mais encore généreuse. Et puis vous serez accompagné par ceux qui nous ont précédés marqués du signe de la foi, en comprenant les saints de notre paroisse et de nos églises de villages. Nous y avons toute la cohorte des saints apôtres et des martyrs des premiers temps de l’Eglise et ici, dans ce bâtiment, nous avons bien sûr la Vierge Marie, Notre-Dame des Victoires, saint Joseph toujours discret, saint André omniprésent et son frère Pierre, tous deux représentés sur les vitraux ; nous avons aussi Marie-Madeleine qui nous rappelle que nous sommes sur le Chemin de Vézelay, sainte Jeanne de France (fille de Louis XI, roi qui assista jadis à un Te Deum dans cette même église) ; n’oublions pas non plus saint Louis, saint Antoine de Padoue, Docteur de l’église, et puis deux grandes saintes : Thérèse de Lisieux, Docteur de l’Eglise, qui représente ici l’ancienne communauté des religieux Carmes de Sauveterre, et sainte Jeanne d’Arc dont le leitmotiv fut toujours Jésus-Maria, et l’unité du peuple français.

Ici, dans notre monde rural, je voudrai souligner la volonté de maintenir en quelque sorte « l’église au milieu du village », mais cela, M. le Maire de Sauveterre saura vous le dire mieux que moi.

En conclusion, je voudrai dire qu’ici, nous sommes dans un pays plutôt calme mais, cependant, qui peut subir les humeurs des hommes et celles du temps, sur la côte basque mais aussi autour des gaves. Pourtant, face aux tempêtes, je suis sûr, Père Ludovic, que vous saurez surfer sur la vague.

Alors, merci, ici et maintenant, de nous accepter avec nos défauts et nos qualités. Nous aurons sûrement des ajustements de caractères à faire dans les deux sens mais là où nous vivons, sur ce chemin de Vézelay à saint Jacques de Compostelle, constellé d’étoiles, nous vous accueillons avec joie et avec un grand bonheur.

Alain Bourrez

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.