0
Ecole Collège Lycée Sauveterre
Noël 2018 à l’Ecole Saint Joseph de Sauveterre

| abbé Ludovic

Noël 2018 à l’Ecole Saint Joseph de Sauveterre

Un air de pastorale joué par huit jeunes flûtistes ; de tout petits anges et quelques moutons sur le côté

Une cinquantaine de chanteurs, parmi lesquels on aperçoit des bergers, des rois, une étoile, l’ange Gabriel, un aubergiste avec sa lanterne, une petite Marie, très posée, un Joseph soucieux - et  -  des animaux.

 

Mais où sommes-nous ? En réalité nous sommes à la Célébration de Noël de l’Ecole St. Joseph. Mais dans notre imagination nous sommes à Bethlehem, il y a 2000 ans. Les enfants s’apprêtent à raconter le premier Noël – à leur façon.

 

Le projet a démarré en septembre et l’équipe éducative y a mis tout leur cœur – Jessica, Sylvie, Sophie (avec une pensée pour Maritchu qu’elle remplace),  Aurélie, Anne-Marie, et moi. Notre but n’était pas de monter un spectacle, mais, à travers la musique, la mime, la lecture et la danse, d’amener les enfants vers une compréhension du vrai message de Noël. En primaire les enfants doivent mettre en place les fondations de leur scolarité. Tout le long de la préparation nous avons utilisé les mêmes outils éducatifs que nous utilisons dans le cours de leur apprentissage scolaire : la lecture, le vocabulaire, la prise de parole, l’articulation, l’expression  corporal, l’écoute, l’imagination, la concentration, la coopération, la responsabilité, le travail en équipe, la culture générale  - la liste est longue. Mais nous ne sommes pas seulement une école, mais une école Catholique, avec certaines valeurs. Alors dans ce projet nous voulions que chaque enfant trouve sa place – suivant son âge, ses goûts et ses capacités. Nous voulions que chaque enfant fasse un petit pas vers Jésus.

 

Cette année nous avons raconté le premier Noël à travers les yeux des animaux qui se trouvaient dans l’étable. Les enfants ont endossé les rôles d’une variété de personnages : le coq qui avait peur du chômage car il pensait que les pleurs d’un nouveau-né  remplaceraient son « Cocorico » : le mouton, obsédé par la propreté, qui aurait fait le ménage si seulement il avait su ….. ;  le hibou  sage, qui savait expliquer le recensement ; le chat curieux et le chien joueur ; le petit âne si serviable qui avait porté Marie sur son dos depuis Nazareth et les chameaux des Rois, si fiers et exotiques.

 

Chaque acteur assumait pleinement son personnage.  Les petits anges de la maternelle nous ont enchantés avec leur danse et les moutons se précipitaient sur scène accompagnés par le « baa baa » de l’école entière. Comme disait le Premier Mouton « Quelle pagaille ! »

 

Mais le tableau central était  l’entrée de l’ange Gabriel qui apporta l’Enfant  Jésus à Marie. Chaque année j’essaie de souligner ce moment avec une musique appropriée qui marquera, peut-être, les esprits des enfants. Celte année un groupe de bon chanteurs du CM2 ont accompagné ce moment en chantant une des plus anciennes des mélodies chrétiennes, basée sur un fragment de chant grégorien.  A la première répétition les enfants ne faisaient que rire à ce style de musique qu’ ils ne connaissaient pas. Mais petit à petit ils ont appris à apprécier cette musique si envoûtante et qui fait partie de leur héritage culturel.

 

Nous remercions les parents et les amis de l’école pour leur présence et leur soutien. Nous avons aussi eu la grande joie d’accueillir une douzaine de collégiens qui, se souvenant de leurs  propres années primaires, ont exprimé le désir de se joindre à nous. Quand on travaille avec les enfants on ne sait jamais quelles graines on sème.

 

Nous étions accompagnés par l’Abbé Ludovic et l’Abbé Maxime. L’Abbé Ludovic a dit une prière avec nous en coulisse, ce qui a aidé les enfants à se focaliser avant leur entrée en scène. Après  notre présentation imaginative et – je l’espère - captivante, amusante et émouvante, L’Abbé Ludovic a lu le récit de la nativité dans les paroles de l’Evangile. C’était une façon d’encadrer les efforts des enfants et les diriger vers le chemin de leur propre rencontre avec Jésus. Ils écoutaient attentivement. Dans les années à venir ils s’en souviendront, j’en suis sûre.

 

Je voudrais conclure avec un bref témoignage personnel. La répétition des chants présentaient certaines difficultés musicales, en particulier la dernière chanson. Les enfants ne me regardaient pas et ne suivaient pas mes gestes. En  particulier  la dernière note de la chanson, malgré mes efforts,  était toujours trop poussée, ou criée,  ou pas juste – et souvent tout simplement lâchée. Mais le moment venu je me suis trouvée devant une vraie chorale d’enfants qui me suivaient.  Leurs yeux, tous tournés vers moi,  brillaient,  et la note fut soigneusement tenue, ton chaud et intonation juste. En tant que professeur de musique, c’était un moment de réussite pédagogique. En tant que chrétienne un peu « périphérique », c’était un moment de grâce, car le mot soutenu par cette belle note était  -  « croire. »

 

Merci encore à tous les participants. Joyeux Noël ! 

Jenny

Ecole Saint Joseph Noël

Répondre à () :


Captcha