0
Infos Navarrenx
Le MCR dans la cité du sel

| Marie-Claire.Lacoste

Le MCR dans la cité du sel

150 membres du Mouvement Chrétien des Retraités (MCR) du Béarn participaient au rassemblement annuel, le 14 mai à Salies du Béarn, par Marie Dominique Postaï

Cette petite ville doit sa renommée au sel qui a influencé le cours de son histoire. Après la visite des salines, de la ville, à pied ou en petit train et un repas plein d’entrain, nous nous sommes retrouvés à l’église St Vincent pour évoquer avec notre conférencier, l’Abbé Biès-Péré, ce passage de St Matthieu : « Vous êtes le sel de la terre, la lumière du monde ! »

Le sel est important, il a même une valeur religieuse comme chez chaque chrétien. Il donne du goût, de la saveur, féconde la terre, en assure la survie. C’est aussi un remède il guérit de certaines maladies (rachitisme, affections spécifiques) ; il sert de monnaie d’échange et des circuits commerciaux sont identifiés (Cami Salié du Béarn, la Via Salaria à Rome…). Le sel est un salaire (ration de sel donnée au légionnaire romain) ; le sel évoque l’amitié, l’accueil (le partage du pain et du sel).

Dans la Bible, le sel est signe de l’alliance qui dure. C’est aussi le sel de la sagesse : « Reçois le sel de la sagesse ». Jusqu’en 1969, le rite du baptême comprenait le grain de sel déposé sur la langue, par la Grâce du Christ nous avons plus de saveur…Enfin le sel purifie ou exorcise. Mais le sel symbolise parfois la mort, la destruction (dans les régions désertiques), ou l’oppression (rareté du produit).

Quel lien alors avec notre vie de retraité, notre thème d’année, la famille, les orientations nationales centrés sur l’encyclique « Laudato si » ?
 Si you nou y éri mourt arrés n’y bibéré »(si je n’y étais pas mort, personne n’y vivrait). Cette devise salisienne peut-être la nôtre, nous retraités chrétiens, qui tenons à nos valeurs chrétiennes. Alors que tout change, tout évolue, nos familles elles aussi, vivent leurs évolutions, leurs bouleversements, leurs explosions parfois ! Et nous, les plus anciens, qui représentons la stabilité, nous avons notre place à tenir, une mission à accomplir.

Comme le sel qui donne la saveur, la sagesse, nous avons à témoigner de notre foi à laquelle nous tenons ferme. Nous avons à accompagner, même si parfois, nous ne comprenons pas tout, nous devons être solides contre vents et marées. Nous sommes cette permanence qui permet de porter sur la société un regard sans haine, un regard de paix qui permettra à nos enfants et petits-enfants d’aborder le futur avec confiance et foi. Rendons visible l’amour de Dieu à la force de nos bras et à la sueur de nos fronts et nous serons sel de la terre et lumière du monde…

Le bien vivre ensemble, comme nous le demande notre pape François, c’est aussi l’histoire de Salies… En effet, grâce à leur sagesse, laissant de côté disputes et convoitises et une fontaine salée vite épuisée par une mauvaise gestion des éléments, les salisiens ont constitué une association de voisins, qui s’appelle aujourd’hui les part-prenants. Hommes et femmes se sont rassemblés en l’Eglise Saint Vincent le 11 novembre 1587 pour approuver un règlement d’utilisation de cette bienfaisante fontaine. Chacun a droit à un compte pour venir retirer l’eau salée en fonction d’une juste répartition. Grâce à ce protocole, hommes et femmes ont les mêmes droits, les conflits sont réglés, une certaine richesse se développe dans la ville grâce à la gestion du sel…

Cette longue histoire nous amène à penser une société harmonieuse ou chacun a le devoir d’exercer pleinement son rôle de citoyen, dans l’intérêt général, et pour le plein épanouissement des personnes, ce qui n’est pas toujours le cas dans notre société consumériste et individualiste.

De nombreux chrétiens sont déjà engagés, de façon bénévole ou pas, pour le bien commun au travers d’une multitude d’associations. Mais il appartient à notre mouvement, le MCR de penser « concret », et ce sera le travail des équipes pour l’année à venir. Comment chacun à notre niveau seul ou à plusieurs, pouvons-nous rejoindre les personnes les plus isolées de nos villes et villages ? Comment partager un temps d’amitié, un temps de repas entre voisins ? Comment pouvons-nous être plus cohérents dans notre comportement de consommateur ? Comment pouvons-nous accueillir des personnes différentes ? Comment pensons-nous notre mouvement, notre Eglise auxquels nous appartenons ? Comment voulons-nous les rendre plus vivants ?

Ce n’est pas parce que nous sommes retraités que nous avons à baisser les bras !!!! Bien au contraire, notre sagesse acquise par notre vécu, peut faciliter l’accompagnement et la transition de notre société…Nous sommes le meilleur du sel, la fleur !!!! Alors ne doutons pas.

Si nous voulons bâtir solide et durable, n’y a pas de temps à perdre, en commençant par ce qui nous est quotidien et simple, et Dieu nous guidera sur son chemin.

 

                                                              Monique Duriez

MCR

Répondre à () :


Captcha